... Pourquoi valoriser la chaux aérienne et écarter de nos maisons le ciment

Il s'agit tout d'abord de poser la question de perméabilité du bâti.
Le bâti ancien a le plus souvent été réalisé avec des matériaux locaux, en pierre ou en terre, en équilibre avec les propriétés climatiques dans lequel il se situe.
Ces matériaux offrent une régulation hygrometrique de l'intérieur, absorber l'humidité par temps frais et humide et la restituer par temps chaud et sec, offrant ainsi un confort à l'usager.
Celà suppose donc considérer le bâtiment dans sa souplesse, hygrothermique et structurelle.  

Les aménagements intérieurs ont bien souvent été réalisés en complète opposition avec ce principe:
- pose de carrelages plus "simples" d'entretien,
- étanchéité au sol par l'utilisation de dalles de ciment qui provoquent bien souvent la venue de remontées capillaires qui mettent en péril et le confort et la structure du bâti qui doit recevoir sur ses fondations l'eau du sous sol, 
- dépose d'enduit à la chaux souples qui avaient vocation à protéger la structure au delà de son aspect décoratif par un rejointoiement bien souvent réalisé au mieux avec une chaux batardée de ciment, 
dans le pire des cas et comme celà se réalise encore bien souvent au ciment.
Les raisons sont multiples, praticité de la mise en oeuvre, acceleration de
 la prise même par temps froid, asservissement de l'artisan qui a fini par croire que la chaux était un matériau peu fiable, garantie à l'industrie cimentière, à l'artisan, au démilisseur de pouvoir assurer la pérénité de leur activité avec un enduit qui dépassera la durée décenale mais ne garantira pas la longévité au delà du demi-siècele, une vision à court terme, dans l'intérêt d'une société de croissance ou pour vendre il faut que l'on puuisse jeter le plus vite possible. 

En milieu urbain notamment, ces problèmes se voient intensifiés par l'étanchéité nouvellement créee par la mise en place de trottoirs en béton, de routes goudronnées qui peuvent inviter davantage encore l'eau à ne pouvoir monter qu'au travers des murs, les capacités mécaniques des matériaux sont alors largement mises à dure épreuve. 

L'enduit de chaux aérienne possède bien entendu des vertus décoratives incomparables mais c'est sur se capacités structurelles qu'il s'agit de mettre l'accent. Plus souple, plus léger, davantage capable de gerer les flux et reflux, il offre au bâti de pouvoir compenser ces effets désastreux tant pour le bâti lui-même que pour le confort de son usager. C'est pourquoi nous valorisons l'utilsation d'une chaux la moins hydraulique possible, adaptée à la nature du bâti (pierre dure ou molle, terre cuite, terre crue). 

C'est pour celà que nous réalisons des enduits de soubassement à la chaux hydraulique qui permettent à l'humidité d'être évacuée vers l'extérieur au premier mètre au pied du mur.
Ceux-ci ne sont plus très à la mode, mais restent très esthétiques, il faut l'expliquer à chaque nouveau projet en restant intangible.
C'est la garantie d'un travail réussi, à la livraison du chantier, pendant les dix ans que couvre l'assurance décenale, et bien plus encore. 

Celà ne participera pas à la destruction de notre patrimoine, de notre indépendance, du confort de ceux qui jouissent de la vie dans un bâtiment sain, de la confiance accordée par nos clients mais c'est tant mieux, justement, pour nous qui souhaitons assumer pleinement une autre conception de notre métier. 

En bonus, pour ceux qui voudraient aller plus loin et comprendre les enjeux de l'utilisation de produits soumis au secret industriel... http://www.criirad.org/mobilisation/5mai2009.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :